Au cours du Handpan Festival, il y a un mois, j’ai eu la grande chance de passer quelques moments avec Cyrille Lecoq et Lily Jung, et de pouvoir les interviewer.

Tous les deux, ils forment Yakch’é.

Yakch’é c’est la spontaneïté, c’est Etre avant tout. Il suffit d’écouter la symbiose créée ensemble par Cyril et Lily, et juste se laisser toucher par la beauté du moment. Atypiques et inclassables, les sonorités qu’ils déploient au cours de leurs concerts font chavirer.

Lui,

multi-musicien inspiré tantôt au handpan, au didjeridoo, mais aussi au udu ou au djembé.


 

Elle,

au chant spontané, accompagnée d’une shruti box et d’un harmonium indien.


Yakch’é c’est deux personnes qui s’aiment beaucoup et qui ont décidé d’exister ensemble dans une symbiose parfaite. D’Etre pleinement et d’offrir leur «mieux » -comme le dit Lily- à ceux qui se laisseront toucher par ces sonorités inspirées des couleurs du monde. A l’image de cette langue spontanée et inconnue que chante si bien Lily, les mots ne suffisent pas pour décrire ce duo. Pour capter l’essence de leur œuvre, il faut les écouter, se laisser porter, être dans l’instant tout simplement et profiter.

Autour d’une table, le soir, au chant des cigales. Les bruits du festival en arrière-plan. J’ai eu la chance de partager un moment authentique et sincère avec ce groupe hors du commun, car c’est encore eux qui se racontent le mieux !

Un instant à leur image -authentique- que j’ai retravaillé du mieux que je pouvais avec mes petits moyens, en espérant qu’il puisse profiter à d’autres et leur donner envie de se laisser aller à l’expérience Yakch’é !

Merci à ce joli duo d’avoir accordé cette interview pour lalter-native.fr ! 🙂 




Retrouvez Yakch’é sur http://www.yakche.fr/ et sur leur page facebook