© Ryon

Le groupe Ryon ne cesse de diffuser sa lumière. Après le succès de leur premier album Rêver, les cinq garçons sont récompensés en 2017 aux Victoires du Reggae dans la catégorie « Révélation de l’année ». Ils s’apprêtent à sortir le deuxième, Zephyr, le 16 mars prochain.

Sur une musique Reggae, cette bande de cinq copains diffuse des messages positifs et offre une autre vision du monde. Loin des clichés, leurs textes parlent d’humanité, de solidarité et d’espoir. Le groupe dénonce sans langue de bois (mais toujours avec bonne humeur) les travers de la société actuelle, et appelle les gens à se changer eux-même pour changer le monde. 

L’alter-native a eu la chance d’interviewer Camille, le chanteur du groupe. 

Extrait.

 

 © Ryon

Bonjour ! Tu es le chanteur du groupe Ryon. Peux-tu te présenter et nous dire comment est né le groupe ?

Yes ! Moi c’est Camille, chanteur du groupe Ryon. Le groupe est né il y a trois ans et demi dans un festival dans les Pyrénées, le « Festijam ». Je n’avais pas de musiciens à l’époque. J’avais « connecté » ces gas-là que je connaissais un petit peu. On a fait quelques répétitions, et joué pour cette soirée. On s’est ensuite dit que ce serait super de faire un groupe! Nous avons créé Ryon en septembre 2015. On a sorti un premier album, eu la chance de faire une tournée. On prépare actuellement la sortie du deuxième album. Nous avons à présent bien structuré le groupe, et nous avons tous organisé nos vies pour mettre notre énergie dans la musique et tenter de partager nos messages.

Vous parlez de choses importantes dans vos chansons. Vous appelez notamment les gens à reprendre leur pouvoir. Comment est née cette envie de mêler paroles engagées et Reggae ?

Nous avons tous la même envie dans le groupe. Je ne vais parler qu’en mon nom ici : cette envie est venue du Reggae parce que c’est une musique engagée. J’ai ressentie le besoin de l’utiliser pour véhiculer des messages, poser des questions aux gens, et échanger avec eux. C’est un moyen agréable et simple pour toucher beaucoup de personnes et pour partager mes opinions et mes valeurs.

Vous êtes en train de sortir votre nouvel album Zephyr. Il y a un titre qui s’appelle Gaïa. En quoi est-ce important pour vous de rappeler cette connexion entre l’homme et la Terre ?

Pour moi c’est peut-être la chanson la plus importante de l’album car tout part de là : qu’on le veuille ou non on est tous connectés à la Terre. On voit bien que notre mode de vie moderne fait que bientôt elle va être obligée de nous éliminer ! Si on continue comme ça, il n’y aura pas d’autres mots. L’espèce humaine est menacée parce qu’elle ne respecte pas sa maman. Nous étions tous très motivés pour chanter cette chanson, car c’est la base de tout. Comme on le dit dans la chanson : « si on continue comme cela, on sait tous qu’il est presque déjà trop tard, et Gaïa va reprendre ses droits ! »





Vous avez choisi de traiter dans ce nouvel album de sujets un peu plus intimistes et profonds comme la mort, l’amour, l’amitié… Qu’est ce qui a motivé ce choix de sujets ?

J’ai imaginé les textes pour ce deuxième album : il est beaucoup plus introspectif. On trouve des chansons qui traitent de sujets qui peuvent faire écho à tout le monde. L’amitié, l’amour, le deuil, la confiance en soi… Dans ma vie personnelle j’ai vécu des choses entre les deux albums qui m’ont un peu bousculé. J’ai eu des moments un peu difficiles, et eu besoin de me recentrer sur moi pour trouver des solutions qui étaient en moi. J’ai pu l’exprimer dans certaines de ces chansons. Mais on retrouve des sujets engagés également comme sur le premier album Rêver. Il y a un équilibre entre les deux.

On retrouve beaucoup l’idée dans vos chansons de « se changer intérieurement pour changer le monde. » En quoi c’est important pour vous de faire passer ce message ?

On entend souvent que les choses sont ainsi, qu’on ne peut pas vraiment changer, que l’ordre des choses est comme cela et pas autrement. Que la société est figée dans son mode de fonctionnement. C’est important que nous ayons tous conscience qu’un autre monde existe si on le fait exister à notre échelle personnelle. On peut tous faire des petits gestes personnels, des choix, des paroles… Des petites actions concrètes qui donnent déjà vie à cet autre monde. Un monde un peu plus respectueux de l’environnement, de l’homme… C’est un message que nous ne sommes pas les seuls à passer. Mais on a envie de le faire parce que il y en a marre d’écouter au quotidien des perspectives d’avenir pessimistes. La société moderne nous conditionne à aller vers un mode de vie qui conduit à la destruction de la planète et de l’homme. On ne peut pas accepter cela ! On veut montrer qu’il y a de l’espoir et qu’on peut tous donner vie à un autre monde.

Vous avez remporté la seconde place au « Victoires du Reggae » en 2017 dans la catégorie révélation de l’année. Est-ce que pour toi cette victoire est un signe que les gens sont en train de se réveiller et portent leur attention sur un changement de société ?

La plupart des groupes qui étaient nominés avec nous portent le même message. C’est quelque chose que j’apprécie dans notre style musical, le Reggae. Même si ce n’est pas le cas de tous les artistes ou groupes, il y a beaucoup d’écho dans les messages que l’on défend tous. On porte les mêmes valeurs. Je pense que cette victoire a surtout montré que l’on a des supporters et que notre message passe. Ryon durera le temps que ça durera. Ce qui m’importe surtout c’est qu’il y ait des groupes comme nous qui passent des messages positifs. Car il y a de moins en moins de messages engagés dans les chansons, quand on écoute la radio. Donc, on en a besoin !



Cette envie de porter ce message engagé : est-ce que tu l’as toujours eu, dès l’enfance, ou c’est quelque chose qui est venu petit à petit ?

Déjà petit, à l’école, je ne supportais pas les injustices. J’avais une boule au ventre quand je voyais les autres se moquer de quelqu’un dans la cours. Il y a toujours une personne qui est pointée du doigt quand on est petit. Tout le monde a connu cela. Je prends toujours la défense de ces personnes parce que je ne supporte pas cela. Je pense donc que cela vient de ma nature profonde. Des choses qui sont ancrées en moi. C’est quelque chose de naturel.

Vous allez entamer une tournée bientôt. Peux-tu nous donner quelques villes où l’on pourra vous retrouver ?

L’album sort le 16 Mars. On va ensuite retrouver le chemin de la scène et des concerts. La première réellement sera à Paris, le 29 Mars au « New Morning » en première partie de Pablo Moses. Le 30 Mars on sera chez moi, à Pau. Il y aura Bordeaux, Toulouse, Bergerac… On va jouer beaucoup dans notre cher Sud-Ouest à la sortie de l’album. A l’arrivée des beaux jours, on va attaquer la route des festivals. On travaille dur pour avoir un maximum de dates et aller rencontrer les gens partout. On peut retrouver toutes les dates sur notre site internet : https://ryonmusic.fr/

 

Un mot de la fin Camille pour ceux qui nous écoutent ?

Je vous remercie d’avoir écouté cette interview. Je vous remercie d’aller jeter une oreille à notre musique. Et surtout je vous remercie de vous intéresser à tous les acteurs de l’alternative. Nous on le fait en musique, toi, tu le fais à travers ton site internet, d’autres le font dans des associations, d’autres le font tout simplement chez eux… On a tous vraiment un grand pouvoir en nous, et on ne le mesure pas toujours. Ayons confiance en nous. Si on a du soleil dans le cœur, il faut le laisser libre et le laisser s’exprimer dans de l’action !

Retrouvez toute l’actualité du groupe Ryon sur https://ryonmusic.fr/ et sur leur page facebook

L’interview complète de Camille pour lalter-native.fr en cliquant ici: